598 459 visites 6 visiteurs

Rencontre avec Pierre RAFA et Jean Camille PASCAL

22 octobre 2018 - 21:35

A l'instar des signatures de Pierre JOSSE et de Patricio CONTRERAS, deux autres arrivées ont fait parler durant l'intersaison. Mais à l'inverse de leurs deux nouveaux coéquipiers, JeanCamille PASCAL et Pierre RAFA n'ont eu que 27 kilomètres à traverser pour rejoindre le FC Tartas Saint-Yaguen. Soit une courte distance correspondant au trajet entre les communes de Saint-Paullès-Dax et de Tartas qui abritent deux équipes ayant connu une réelle concurrence sportive la Saison dernière avec pas moins de trois confrontations en Championnat R2 et en Coupe des Landes que l'on pouvait assimiler à la notion de « derbys ». Et très souvent les questions sont nombreuses lorsque de tels mouvements ont lieu. Mais leur néo-coéquipier tarusate Nicolas BADET qui a lui aussi fréquenté le Saint-Paul Sport et ce durant une quinzaine d'années préfère tempérer : « après quinze années passées au Saint-Paul Sport, il m'est franchement difficile de dire ce qui peut pousser aujourd'hui un joueur saint-paulois à rejoindre les rangs tarusates. Hormis la recherche de « l'excellence sportive » puisque l'un évolue en R1 aujourd'hui et l'autre évolue en R2, il n'y a fondamentalement pas de raison majeure à aller d'un Club à l'autre tant l'objectif est le même à savoir gagner ses matches et se faire plaisir ». Ce ne serait donc qu'une question de niveau qui aurait motivé les deux jeunes saint-paulois à changer de tunique durant l'intersaison tant les deux clubs restent assez similaires selon ce même Nicolas BADET : « ils ont le même amour pour le Football, la même envie chaque Saison d'aller plus haut en passant notamment par des recrutements judicieux et des objectifs de clubs élevés. Le tout sans oublier une passion commune pour la Coupe des Landes que Saint-Paul a eu la chance de remporter il y' a deux ans. Le FC Tartas Saint-Yaguen a aussi su garder cet esprit très familial de plus en plus rare de nos jours, ainsi qu'un collectif de joueurs et de dirigeants soudés qui s'impliquent énormément au quotidien au sein du Club ». Il n'est donc ici pas nécessaire de fabuler sur la venue de ces deux joueurs talentueux auprès de qui nous sommes allés à la rencontre pour recueillir leur ressenti en ce début de Saison, apprendre à mieux les connaître, et ce, différemment que sur un terrain dans la peau des adversaires un jour de derby.

. La Saison dernière vous évoluiez du côté du Saint-Paul Sport dont l'équipe fanion a dû ferrailler à trois reprises (Championnat aller/retour et 1/8èmes de Finale de Coupe des Landes) face à celle du FC Tartas Saint-Yaguen. Comment appréhendiez-vous ces derbys-là, et que représente le FC Tartas Saint-Yaguen dans la peau d'un adversaire ?


P.R. « Les rencontres de la Saison passée avaient forcément une saveur particulière car le FC Tartas Saint-Yaguen était la grosse écurie de la Poule qui descendait de R1. Il est indéniable que le Club se mobilisait différemment, et que nous les joueurs nous avions à cœur de nous mettre au niveau. Cependant nous ne modifions rien de particulier. Puis, personnellement, il ne m'arrive que très rarement de modifier ma façon d'aborder les rencontres en fonction de l'adversaire ».


J.C.P. « Il n'y avait pas d'appréhension particulière pour ma part lorsque le derby approchait. L'envie de remporter ce match pour marquer le coup était bien présente, mais ma préparation restait la même qu'à l'accoutumée. Concernant le Club c'est différent. On s'agite un peu plus, on en parle beaucoup la semaine que ce soit les dirigeants, les parents de jeunes, voire même les jeunes que l'on coachait. Le Club souhaitait évidemment que l'on gagne pour une question de suprématie sur nos adversaires et pour démontrer qui étaient les meilleurs. Mais le FC Tartas Saint-Yaguen comme adversaire c'est un gros morceau. C'est le Club qui monte dans les Landes, et tout le monde veut s'y frotter et remporter la victoire contre eux. En plus de cela, la Saison dernière les tarusates descendaient de R1 et affichaient l'ambition de vite retrouver ce niveau. C'était donc très clairement l'équipe à battre dans la Poule, ce qui rajoutait une saveur particulière à ce derby ».

. Pouvez-vous partager avec nous une anecdote particulière vous ayant particulièrement marqué lors d'une confrontation face au FC Tartas Saint-Yaguen ?


P.R. « Sur un plan collectif, il y' a ce fameux but à la dernière minute du 1/8ème de Finale de Coupe des Landes qui crucifie nos adversaires tant nous avions énormément subi avant d'arracher
la victoire avec une grosse part de réussite. Le tout un samedi soir à la Plaine, l'on peut dire que tout était vraiment réuni pour une belle soirée ! Et sur un plan personnel je retiens plus particulièrement trois actions de jeu. Le ballon sauvé sur la ligne à la 85ème minute de ce même match alors que le score était encore de un but partout. Le petit pont sur Rémi MOURAREAU lors du match retour en Championnat à Saint-Yaguen. Puis le superbe but contre son camp, du genou, de « Jice » qui clos la marque lors de cette rencontre où nous avons connu une défaite cuisante sur le score de quatre buts à un ».


J.C.P. « Le match de Coupe des Landes à coup sûr ! Je me souviens particulièrement qu'avant la causerie du Coach, les dirigeants nous avaient mis le trophée de la Coupe des Landes dans le vestiaire. C'était leur façon à eux de nous dire : « elle est ici, elle y reste » ! Après, sur le match en lui-même, c'est un mini exploit de notre part puisque nous avons été dominés tout au long de la rencontre, en ne restant à flot que grâce à des sauvetages héroïques de nos défenseurs et de notre gardien. Et vint ce but à la 90ème minute, oh mon dieu que c'était bon ! Si vous aviez vu nos têtes dans les vestiaires, on était bien entendu tous heureux de l'avoir remporté, mais alors qu'est-ce que nous étions fatigués » !

. Comment s'est déroulée votre arrivée au Club et qu'est-ce qui vous a motivé à le rejoindre ?


P.R. « Mon arrivée au Club s'est bien déroulée car je connaissais déjà beaucoup de joueurs avant de le rejoindre, notamment parce que l'on s'est beaucoup affrontés la Saison dernière, mais aussi parce que j'ai été le coéquipier de certains par le passé. Je peux d'ores et déjà dire que c'est un très bon Groupe au niveau de l'ambiance, et que je suis ravi de pouvoir découvrir les personnes que je connaissais moins ».


J.C.P. « Mon arrivée s'est aussi plutôt bien déroulée avec des joueurs que, forcément, je connaissais déjà avec toutes ces confrontations passées. Puis j'ai pu découvrir ceux que je connaissais moins lors du Stage de pré-saison. J'avais très franchement besoin de changement et de sortir de ma zone de confort. A Saint-Paul j'étais arrivé au bout d'un cycle je pense. J'avais jusqu'à présent toujours refusé les sollicitations des autres clubs pour pouvoir rester avec mes copains. Mais là, je ressentais vraiment le besoin de voir autre chose. Puis l'opportunité de pouvoir jouer au niveau supérieur ne se refusait pas ».

. Est-ce que votre intégration au sein du Club se déroule bien ?


P.R. « L'intégration se fait naturellement. J'apprends à connaître un peu tout le monde et le fonctionnement interne du Club. De l'extérieur il a l'image d'un Club au sein duquel le travail des bénévoles et des dirigeants est prépondérant. Une image très clairement avérée depuis mon arrivée. C'est aussi un Club qui se structure petit à petit notamment au niveau de l’École de Foot. Et je pense d'ailleurs que nous devons tous aller dans ce sens-là pour pouvoir permettre aux équipes Seniors d'être alimentées par les jeunes du cru ».


J.C.P. « Oui, mon intégration aussi se passe bien. L'on sent que tout le Club est derrière nous et qu'il fait tout pour que l'on se sente bien en son sein. Quand je vois par exemple le nombre de dirigeants ou de supporters qui nous accompagnent à l'extérieur, c'est vraiment différent de ce que j'ai pu connaître par le passé. L'on sent vraiment que c'est un Club qui travaille pour pouvoir constamment faire mieux. C'est un Club qui se structure de plus en plus en commençant par son École de Foot car il devient primordial de faire en sorte que les jeunes puissent, à terme, évoluer dans les différentes équipes Seniors afin de pouvoir garder « la culture et l'esprit Club ».


. Vous découvrez le niveau R1 cette Saison. En quoi est-il si différent de la R2 que vous avez fréquenté durant plusieurs saisons ?


P.R. « Selon moi le niveau R1 peut se résumer en un mot : « efficacité ». Les équipes ne cherchent pas forcément à jouer plus qu'en R2, mais elles sont terriblement efficaces ! La dimension physique est aussi plus importante qu'à l'échelon inférieur. Mais globalement et jusqu'à présent, je n'ai pas été surpris par ce niveau car cela correspond bien à ce à quoi je m'attendais ».


J.C.P. « Il est différent sur le plan physique. L'on voit bien que les équipes sont mieux préparées et sont plus athlétiques à ce niveau-là. L'intensité n'est aussi pas la même, l'on sent quand même bien qu'il y' a un palier à bien franchir entre les deux niveaux. La différence se ressent aussi au niveau de l'efficacité où la moindre erreur se paie cash. L'on a d'ailleurs pu s'en rendre compte lors de nos confrontations face à Arcachon et Marmande qui sont des cadors de la Poule et face à qui le match a basculé justement sur des erreurs de notre part. Les équipes ne sont pas forcément plus fortes que nous, mais elles nous font payer nos erreurs immédiatement ».

. Il y' a de cela deux saisons vous souleviez la Coupe des Landes au Stade de l'Argenté. Soit un trophée auquel aspire clairement le FC Tartas Saint-Yaguen. En tant que vainqueurs de la compétition, quelle est selon vous la recette miracle permettant d'aller au bout ?


P.R. « La Coupe des Landes est une compétition que le Coach et le Club du Saint-Paul Sport avaient vraiment à cœur de remporter. Nous avions en effet cette Saison-là connu un très beau parcours avec une vingtaine de buts inscrits et seulement trois encaissés qui, malheureusement, nous a aussi certainement coûté la montée en R1. Il n'y a en fait pas de recette miracle. Il est plutôt recommandé de chercher à conserver sa manière de jouer, d'être fidèle à soi-même, et surtout de respecter l'adversaire en gardant la même intensité qu'en Championnat. La force que l'on avait cette Saison-là était que, peu importe l'adversaire, nous arrivions à jouer avec la même folie tout en prenant les mêmes risques. Nous avions aussi beaucoup de confiance en nous comme en atteste le match face à Tarnos où nous avions encaissé un but très tôt au cours de la rencontre avant de faire preuve de beaucoup de patience pour pouvoir les faire craquer. C'est aussi forcément une superbe aventure et une véritable chance d'avoir remporté ce trophée aux côtés d'amis d'enfance et ce à seulement vingt-et-un ans ».


J.C.P. « S'il y' avait une recette miracle je vous la donnerais immédiatement, ça je vous le dis ! A Saint-Paul avant de la remporter, c'était un peu comme à Tartas actuellement. Il fallait remporter ce trophée qui nous fuyait depuis trop longtemps. Mais il n'y' a en fait pas de secret dans ce genre de compétition. Il faut être sérieux et ne surtout pas prendre le match à la légère. L'on sait d'autant plus qu'avec la fameuse règle du match nul qui qualifie le « petit », l'on n'est pas à l'abri de la correctionnelle et il ne faut surtout pas baisser en terme d'intensité ou de qualité de jeu. Après, il faut aussi un peu de chance au tirage. Je sais que l'année où on la gagne, nous avions affronté uniquement des équipes hiérarchiquement inférieures à nous ».

. Cela fait maintenant plusieurs années que vous évoluez ensemble. Quel est le meilleur moment que vous ayez partagé ?


P.R. « J'ai partagé beaucoup de très bons moments avec « Jice », il m'est donc difficile d'en ressortir un plus particulièrement. Mais les plus mémorables en tout cas restent ceux passés en dehors du terrain ! L'ensemble des fous-rires dans les vestiaires d'Aurus, les soirées où l'on dormait chez « Mamie » dans un lit à trois, avec, à notre réveil, la mamie de « Jice » qui nous attendait pour nous faire la morale parce que l'on avait un peu bu. Du coup sur le terrain après cela devient tellement naturel tant l'on se connaît bien autant en dehors que dessus. Sans même se parler l'on se comprend. D'ailleurs, ce qui m'a toujours marqué dans notre relation sur le terrain, c'est que l'on
est toujours prêt à jouer un coup de pied arrêté rapidement à deux, alors que tout le monde n'est pas encore placé ».


J.C.P. « Ce n'est pas un cadeau de le supporter depuis autant de temps ! (rires) Mais sur le terrain je dirais que ce sont la montée en R2, la victoire en Coupe des Landes, et toutes les rencontres importantes que l'on a eu l'occasion de disputer. Et en dehors du terrain ce sont toutes les soirées que l'on a pu faire au Stade ou même en Ville. L'on peut dire que cela nous a beaucoup rapproché et certainement même un peu trop puisqu'à chaque fois l'on finit dans le lit de l'un ou de l'autre (rires). C'est sûrement cela qui fait que sur un terrain, l'on se cherche constamment parce que l'on se connaît très bien ».

. Que pouvez-vous nous dire l'un sur l'autre ?


P.R. « Même si nous ne nous sommes pas concertés pour rejoindre le FC Tartas Saint-Yaguen, chacun ayant pris sa propre décision, je le considère comme un grand ami. Il est toujours prêt à rigoler et à être dans l'autodérision, ce que j'apprécie profondément chez lui ! Niveau Football il est pétri de qualités, et c'est un énorme travailleur, toujours discret mais efficace. A mon humble avis, son gros point faible c'est certainement son mental. Je suis toujours derrière lui pour lui rappeler à ma manière de redevenir le « petit Camille ».


J.C.P. « Je vais éviter de dire trop de choses positives sur lui parce qu'après je vais en entendre parler tout au long de la Saison, c'est sûr ! Pierre c'est avant tout un grand râleur. Il doit tenir cela de Moussa je pense. Et tout comme moi, il est aussi très chambreur. Mais plus sérieusement, je trouve que Pierre est un joueur avec des qualités énormes, et l'avoir dans son équipe c'est un plus indéniable. Malgré son jeune âge il a une vision du jeu extraordinaire et une confiance certaine en tout ce qu'il fait. Je sais aussi que l'on est sur la même longueur d'ondes lorsque l'on parle de Football ou lorsque l'on est sur le terrain ensemble. Mais honnêtement, je dois reconnaître que footballistiquement il est meilleur que moi, et n'aurait certainement aucun mal à évoluer plus haut ».

. Quelles sont vos ambitions personnelles pour cette Saison ?


P.R. « Mes ambitions sont de pouvoir apporter un plus au Club. Aujourd'hui en R1, et tant mieux, mais quelle que soit l'équipe au sein de laquelle je serai amené à évoluer, mon ambition est de pouvoir apporter ma façon de jouer tout en restant moi-même et en continuant à m'épanouir en jouant au Football. Après, parler d'objectifs et de résultats je n'aime pas vraiment cela parce que ce ne sont que des prédictions alors qu'une Saison est toujours très longue et pleine de péripéties. Je préfère donc évoquer un certain état d'esprit car le reste viendra tout seul ».


J.C.P. « A titre personnel mon ambition principale est de pouvoir gratter le plus de temps de jeu possible en R1 car je dois reconnaître que la concurrence est assez féroce avec des joueurs ayant côtoyé le haut niveau. Mais il me paraît aussi primordial de pouvoir prendre du plaisir car cela voudra dire que la Saison aura été réussie. Enfin, je souhaite aussi aider le Club à continuer de grandir autant sur qu'en dehors du terrain ».

. Nous vous remercions pour toute votre disponibilité. Puis, pour terminer, que peut-on vous souhaiter et, avez-vous un mot à dire aux supporters ainsi qu'à toutes les personnes qui liront cet article ?


P.R. « Ce que l'on peut me souhaiter c'est déjà de garder un bon état de santé, de profiter des moments que l'on va vivre, et de continuer à m'épanouir. Concernant les supporters et les dirigeants, je souhaite juste leur dire de continuer à suivre le Club comme ils le font déjà si bien,
avec la même passion qu'ils démontrent chaque week-end. Bien sûr, comme tout passionnés ils peuvent être parfois exigeants, mais je préfère au final ça que l'inverse. Donc merci à eux et au Club de tout faire pour que l'on puisse s'épanouir ».


J.C.P. « Tout simplement de rester en pleine forme, de continuer à apprendre, puis de ramener un maximum de victoires à Tartas ! Pour les supporters et les dirigeants, le plus important je dirais que c'est de continuer à nous soutenir, car sentir tout votre soutien est aussi très important tout au long d'une Saison assez longue. Et avec les joueurs nous ferons en sorte de vous rendre la pareille en nous donnant à fond sur le terrain ».

Pierre RAFA

Né le 27 Novembre 1995 à Dax

Défenseur central et Milieu axe

JA Dax → Saint-Paul Sport → JA Dax (U16 et U17) → Stade Montois (U19) → JA Dax → Saint-Paul Sport → FC Tartas Saint-Yaguen

Jean-Camille dit « Jicé » PASCAL

Né le 21 Décembre 1993 à Dax

Milieu axe Saint-Paul Sport (depuis toujours→ FC Tartas Saint-Yaguen

 

Ces deux joueurs pétris de talent et de gentillesse sont à n'en pas douter le reflet de la bonne santé de la formation à la landaise. Comme peut en attester Maxime LOUSTALOT leur ancien Coach et coéquipier du côté du Saint-Paul Sport au cours des dernières saisons : « Pierre et « Jice » sont deux très bons joueurs aux qualités différentes qui ont énormément progressé tout en gardant une grande marge de progression. Ce sont aussi deux caractères complètement différents. « Jice » est plus discret alors que son compère a quant à lui un caractère bien trempé. Peut-être même un peu trop parfois ! Ce fût en tout cas un réel plaisir d'avoir pu évoluer à leurs côtés et de les avoir coaché. Ce sont deux garçons intelligents qui sauront à n'en pas douter franchir un cap au cours d'une Saison en R1 et ce au milieu de joueurs de qualité et d'expérience, et le tout bien drivé par un entraîneur lui aussi de qualité. Je leur souhaite bien sûr plein de belles choses ! ». Des « belles choses » que Maxime LOUSTALOT a par le passé eu l'opportunité de connaître avec les deux néotarusates : « je retiens notamment la remontée de PH à DHR après être descendus la Saison précédente et bien évidemment la victoire en Coupe des Landes ». Soit un plein de réussite partagé avec un entraîneur-joueur de qualité qui, on l'espère tous, sera de nouveau partagé par Pierre et « Jice » aux côtés d'un autre entraîneur de qualité en l'occurrence Landry BORDAGARAY !

Commentaires